Micro potager, saison 3.

Micro potager, saison 3.

Prêt(e) à partager les boires et déboires de la troisième saison du micro potager ?

Un micro potager au chaud pendant l’hiver …sous sa couverture de carton.

A la fin de la saison dernière ( voir l’article Micro potager saison 2 ) le niveau de terre dans le caisson en bois avait fortement diminué sous l’effet du tassement et aussi de la gloutonnerie des tomates qui avaient beaucoup donné. Donc, en novembre, il a fallu rajouter de la matière : tontes de gazon, un peu de terre, de compost pour rehausser le niveau. Ensuite on a couvert le grand caisson avec des cartons pour éviter le développement des mauvaises herbes et permettre aux vers de terre de faire leur travail bien au chaud dans le noir. Certes, ce n’est pas très esthétique mais efficace le sol est nickel au printemps, prêt à être planté !

Le micro potager juste avant le débâchage début mars

Le temps des semis

Cette année, je me suis lancée dans une grande campagne de semis en intérieur. J’avais récolté des graines soit dans mes récoltes de l’an dernier ( tomates) soit dans des légumes bio qu’on avait consommé ( poivron, courges diverses ). Certes, j’ai eu pas mal de pertes car il y a eu différentes catastrophes :10 jours de régime sec pendant les vacances de Pâques, coup de soleil quand j’oubliais de fermer le rideau, filage des tiges avides de lumière quand j’oubliais d’ouvrir le rideau, fonte des semis quand j’arrosais trop… mais quelques plants, bien accrochés à la vie, ont survécu à cette sélection « naturelle ». J’ai pu ainsi récupérer des plants de tomates, courges, poivron ( un seul rescapé mais qui se porte super bien!).

 

Semis d'interieur

Les semis directs en pleine terre, eux, ont plutôt bien réussi.

semis persil et roquette
semis de laitue dorée de printemps Batavia

Croissance et production

Les limaces, moins combatives cette année, nous ont laissé manger nos salades ( laitue, roquette ), le bonheur !

J’ai réitéré l’expérience petit pois pour le fun (et les fleurs que j’aime bien) même si la récolte ne donne pas plus d’un plat…

J’ai tenté les semis de navets ( décevant, petits calibres, récolte anecdotique!), de betteraves rouges ( très bien, excellentes, crues, en lamelles fines avec un filet d’huiled’olive, du basilic et de la fleur de sel ).

betteraves

La réussite du jardin en ce début août vient de deux plants de courgettes qui se sont développés de manière monstrueuse et qui donnent des légumes tout autant monstrueux, mais qui sont contrairement à ce qu’on pourrait penser, très tendres.

Les grosses courgettes vont devoir attendre encore un peu pour que les aubergines ( en cours de croissance) et surtout le poivron rescapé ( encore en fleurs) sautent dans la marmite de ratatouille . Et je ne parle pas des oignons, aux abonnés absents…Ceux plantés en mars après avoir bien démarré ont disparu corps et âme… et j’ai raté pour la deuxième fois les semis d’oignons blancs.

Pas de problème en revanche pour les radis, qui, eux, se sont bien développés, mais comme d’habitude pour 2 de mangeables , 8 sont piquants ! Oui, je sais … la régularité des arrosages …pourtant je fais des efforts !

Les tomates, plantées assez tard, sont encore vertes mais il y a déjà de beaux fruits.

Rotation des cultures et mélange des genres

J’ai testé cette année une succession qu’on dit vertueuse: des choux rouges après les petits pois . On verra la récolte mais pour l’instant les choux ont l’air de bien se développer même s’ils ont les oreilles poinçonnées …

choux rouges en aout

D’après ce que je peux entendre et lire ça et là , il faut mélanger les espèces ( pour éviter la propagation des maladies) planter assez serré ( pour intensifier la production, éviter de laisser la terre à nu et limiter l’évaporation) Cette année, j’ai donc modestement essayé d’appliquer ces principes pour potentialiser mon micro jardin . Quelques exemples de mes essais :

Le plant d’aubergine planté au milieu des salades : pas besoin d’attendre que la place se libère complètement. Une fois ces dernières récoltées, il peut se développer et occuper l’espace tout seul…

plant d'aubergine au milieu des salades

Le basilic côtoie la roquette et la salade est à l’ombre des courgettes.

Et mon fameux mélange radis carottes. Théoriquement, mélanger les graines des deux espèces lors des semis permet de ne pas avoir à éclaircir les carottes car les radis récoltés laissent des « trous » entre les plants de carottes … Ça c’est dans un monde idéal, dans ma plate bande plutôt baudelairienne ,  « le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle sur l’esprit gémissant »… de mes pauvres carottes qui peinent à se développer écrasées par les énormes feuilles de mes monstrueuses courgettes.

Oui il y a encore quelques ajustements à faire en terme d’étagement des cultures !

Finalement, cette année, il y a plus de boires (que de déboires) à manger  dans mon petit jardin potager transformé en joyeuse foret vierge !!!

Laisser un commentaire

Fermer le menu