Potager de poche

Je n’ai pas la place de faire un « vrai potager »,
l’essentiel pour moi étant le jardin d’agrément.
Aussi, pendant longtemps, mon œuvre vivrière s’est
résumée à quelques pieds de tomates cerises.

Cette année marque le début d’une nouvelle ère,
non pas celle de l’autosuffisance alimentaire
mais celle des menus plaisirs d’une mini production.

Je vous propose ici le carnet de bord d’une modeste
aventure potagère.
Fermer le menu